La sagesse de la Terre entre les mains

Blog

d'une artisane de la Terre

par Amandine Charmant, potière intuitive

Cet article fait partie de la série : Travail avec l'argile

Poterie, céramique, terre cuite… le point sur les différences pour bien choisir

Poterie, céramique, terre cuite… le point sur les différences pour bien choisir

Vous voulez commencer à travailler l’argile et vous chercher des cours ? Comment faire la différence entre poterie, céramique et toute la clique et comment choisir parmi toutes les possibilités ? On peut être assez vite perdu.e dans le jargon technique.
Et si on reprenait le vocabulaire de base ?
Histoire de se mettre d’accord avant de commencer.

Poterie, céramique ou terre cuite. Le travail de l'argile, les bases.

La céramique (pas la poterie)

La céramique, c’est l’art de cuire l’argile. Donc c’est le geste qui consiste à prendre de l’argile qu’on a précédemment façonné et le faire passer au four pour le transformer en pierre. Peu importe la forme dont il s’agit, la température de cuisson et le caractère utilitaire ou non de la pièce réalisée.

Il n’y a donc pas de céramique sans four et sans argile.

Ce qui mène donc à deux autres questions.

La poterie (est de la céramique)

La poterie désigne l’action de faire des pots en argile ou du moins des pièces utilitaires. C’est à dire des objets qui peuvent être utilisé au quotidien ou pour un usage spécifique. Il n’y a donc par vraiment une différence entre les deux, la poterie est une partie de la céramique.

Il ne s’agit tout simplement pas de sculpture. La sculpture sur argile est une technique à part, si c’est la sculpture qui vous intéresse, cherchez un cours sur ce thème particulier. 

La poterie, c’est ce qu’on utilise. Mais la diversité possible est immense.

De la cuisine, à la salle de bain, en passant par le jardin…
Et la créativité, le style, l’exubérance peuvent être au rendez-vous. Dans le commerce, on trouve des pièces très standardisées mais le travail d’un artisan ou les pièces que vous réaliserez vous-même auront une personnalité inégalable.

 

La poterie est de la céramique, mais la céramique n’est pas forcément de la poterie.

Où cuire quand on est débutant ?

La plupart des artisans de la terre considèrent que la grande étape est celle où on commence à cuire soi-même.
Les débutants font cuire leurs pièces chez leur professeur ou auprès des magasins spécialisés dans les articles céramiques. Il y a aussi quelques ateliers qui proposent une location de four.

Acheter un four ? Bonne ou mauvaise idée ?

Le tour de potier

Si on veut produire de grandes quantités de pièces identiques, le tour de potier est une bonne solution. Mais apprendre la technique peut mettre de nombreuses heures et ce n’est généralement pas à la première leçon que les résultats sont au rendez-vous.

En revanche, le plaisir peut être là immédiatement. Même si on rame un peu au début et que dès le départ, on se rend compte que la technique demandera un engagement personnel et de la persévérance.

Je reviendrai dans un autre article sur tout ce que le travail au tour peut apporter. La plupart des tourneurs vous diront que cette activité est leur méditation. C’est une activité enrichissante et bienfaisante si on est capable de lâcher totalement prise sur le résultat au début.

Le modelage et autres techniques

Il est tout à fait possible de faire des pots sans tour de potier. Il y a des dizaines de techniques qui existent.

En voici quelques unes : faire des plaques et les assembler, travailler au colombin (joindre des petits boudins de terre pour créer une forme), les moules pour estamper ou couler l’argile, et encore bien d’autres possibilités.

Finalement, ce travail-là est bien plus diversifié qu’on peut l’imaginer et permet de s’adapter à chaque fois à l’état d’esprit et à l’envie du moment. C’est un travail où la consistance de la terre et le rapport au temps (plus le temps passe plus la terre sèche) sont essentiels et où la relation avec l’argile peut aussi devenir un moment totalement méditatif. Une autre façon d’appréhender le monde et la matière, avec délicatesse du bout des doigts ou en utilisant tout ce que l’environnement nous propose.

L’argile, la base de la poterie et de la céramique

L’argile est la matière première principale des artisan.e.s de la terre, potier.ière et céramiste. Il s’agit une matière première naturelle, d’origine géologique, donc minérale. Ce n’est donc pas une matière « renouvelable » bien qu’elle soit largement disponible.

L’argile pure qu’on trouve dans les jardins est rarement utilisée aujourd’hui chez nous puisque des fournisseurs vous vendent des « pains d’argile », ce sont en fait des « pâtes céramiques » un mélange de plusieurs argiles ou d’argile avec d’autres matières. Le vendeur vous indique la température de cuisson minimale et maximale.

En gros, on va distinguer les porcelaines (blancs purs et grains très fins) et les argiles.

Lire l’article concernant mon fournisseur.

La température de cuisson, une clé céramique

La différence se situe au niveau de la résistance de l’argile à une certaine température de cuisson. La température de cuisson détermine le nom de la matière finale. Chaque argile a une température de cuisson minimum (en dessous, ce n’est pas solide et totalement poreux) et une température de cuisson maximale (au dessus, ça va bouillir dans le four et ça se déforme, cela peut même fondre complètement).

Le grès

C’est de l’argile (ou pâte céramique) qui a été cuit à au moins 1200°C. A partir de cette température, se produit le grésage. La terre se densifie et se vitrifie et devient  solide et robuste. C’est la matière que je travaille.

Vous pouvez découvrir mes créations ci-dessous.

La faïence

 C’est de l’argile (ou pâte céramique) qui a été cuit en dessous de 1200°C. Cette matière est moins dense et moins solide, mais moins lourde aussi.

Sur la faïence, les couleurs sont souvent vives et lumineuses en raison de la température de cuisson plus basse.  

Le tesson reste légèrement poreux.  

 

La porcelaine

 

C’est une matière spécifique qui peut être cuite à très haute température et qui gagne en translucidité à mesure qu’on la cuit plus chaud.

La porcelaine est très solide et c’est une matière qui permet de travailler avec une grande finesse.  

Je ne la travaille que très rarement car elle a des exigences spécifiques.  

 

Découvrir d'autres articles dans la même catégorie

Article de la série : Travail avec l'argile

5 blogs dédiés à la céramique

Dans cet article vous découvrirez quelques blogs en français dédiés à l’apprentissage de la céramique et aux partages de connaissance. Face à l’engouement pour ces techniques ancestrales et à l’ampleur de ce domaine de connaissance, il est très intéressant de prendre quelques informations clés pour avancer avec plus de sérénité. Le partage de connaissance nous fait tous grandir ensemble.

Ne soyez pas timide, confiez-nous vos commentaires

 

Merci d'avance pour vos commentaires

2 Commentaires

  1. Catherine Paradis

    Bonjour Amandine,

    Merci pour ton blog. J’aimerais savoir ce qu’il arrive avec l’argile si on ne l’a fait pas cuire? Exemple, comment est-ce qu’une assiette modelé dans l’argile et peinte traversera le temps?

    Merci,

    Catherine

    Réponse
    • terresource

      Bonjour Catherine, merci pour ton commentaire.
      Si on ne cuit pas l’argile, la création reste friable et pourra casser facilement au moindre choc. Tant que l’argile n’est pas cuite, il suffit de la replonger dans l’eau pour récupérer de l’argile fraiche qu’on pourra retravailler.
      Si elle est peinte à la peinture acrylique par exemple, on pourra la conserver comme objet déco extrêmement fragile mais il est impensable de s’en servir pour mettre des aliments ou quoi que ce soit d’humide dedans.
      Il existe de l’argile spécialement conçu sans cuisson, mais là aussi c’est réservé à des pièces décoratives (figurines, petits bougeoirs, vase pour fleurs séchées). Lorsqu’on travaille cette argile spécialement prévue pour ne pas être cuite, la sensation est différente qu’avec l’argile à cuire et il faut travailler assez vite car le séchage est rapide et une fois la pièce sèche, il est impossible de la réhumidifier. Après séchage, ce n’est plus recyclable.
      Merci beaucoup pour ta question, elle fera l’objet d’un article plus détaillé prochainement.
      Bonne journée !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quelle est la raison d'être du blog de Terre Source?

Je m'appelle Amandine, la céramique est mon métier depuis septembre 2019.  Je crée de la vaisselle et des objets déco. 

A coté de mes créations, je transmets mes connaissances et mon plaisir de l'argile à des élèves débutants.

 

Dans ce blog, je répond aux questions que les élèves me posent le plus souvent.

Terre Source, c'est quoi ?

Parce que la Terre est la Source de tout ce qui se trouve autour de nous.

Parce que Terre Source t'aide à te connecter à "tes ressources" créatives.